PRINCIPES DIRECTEURS

Depuis plus d’un siècle, des professionnels se retrouvent au Rotary pour y mettre leur expertise et leur passion au service de la collectivité. Outre nos documents de gouvernance, les clubs et les districts doivent connaître les principes directeurs et les valeurs du Rotary afin de mener à bien sa mission et d’avoir présent à l’esprit notre engagement de longue date envers le professionnalisme et le service. Les déclarations et principes suivants motivent les Rotariens et les Rotary clubs à s’impliquer dans le Rotary.

DÉCLARATION DE 1923 SUR L’ACTION D’INTÉRÊT PUBLIC

Cette déclaration a été adoptée lors de la convention de 1923 et amendée lors de conventions ultérieures. Son inclusion dans le Manuel de procédure souligne son importance historique. (RCP 8.040.1.) L’Action d’intérêt public sert à encourager l’idéal de servir autrui chez tout Rotarien dans sa vie privée, professionnelle et publique. Dans ce but, les clubs montent des actions d’intérêt public visant à encourager la participation de leurs membres.

Dans le cadre de ces actions, les Rotariens et les clubs se conforment aux principes suivants :

1. Le Rotary prône une philosophie dont le but est de résoudre le conflit opposant le désir du profit personnel au devoir de servir autrui. La devise Servir d’abord résume la doctrine rotarienne et repose sur le principe éthique incarné par l’autre devise Qui sert le mieux profite le plus.

2. Un Rotary club est avant tout un groupe de personnes appartenant au monde des affaires et à des professions libérales et de personnalités locales ayant adhéré à la doctrine rotarienne.

Les Rotariens s’efforcent :

1. d’approfondir collectivement cette doctrine, car elle est le fondement du succès et du bonheur dans les affaires et dans la vie en général ;

2. de la mettre en pratique pour le bénéfice de la collectivité ;

3. de l’appliquer dans leur profession ;

4. de la faire connaître au grand public.

3. Le Rotary a pour objet :

a. De défendre, développer et diffuser dans le monde entier l’idéal de servir autrui.

b. De fonder des Rotary clubs, de leur apporter son appui et d’en superviser l’administration.

c. De permettre d’examiner les problèmes et de réaliser – en prodiguant des conseils et non par la contrainte – l’uniformisation des méthodes employées ainsi que des actions dont la valeur aura été démontrée par l’expérience des clubs.

4. Les Rotariens et les clubs doivent mettre la théorie du service en pratique. De ce fait, il est souhaitable que chaque Rotary club parraine une action importante dans le cadre de l’Action d’intérêt public, laquelle doit varier d’une année à l’autre et s’achever si possible avant la fin de l’exercice fiscal. Cette action doit répondre à un besoin de la collectivité et bénéficier de la collaboration de tous les membres du club. Elle s’ajoute au programme permanent du club en vue d’encourager ses membres à agir à titre individuel pour servir la collectivité.

5. Chaque Rotary club jouit d’une complète autonomie quant au choix de ses actions d’intérêt public. Les clubs veillent cependant à ce que ces actions soient conformes au But du Rotary. Le Rotary peut étudier, uniformiser et mettre en œuvre des actions de portée générale ; il peut émettre des suggestions sans toutefois imposer ni interdire à aucun club une quelconque action d’intérêt public.

6. Bien que les Rotary clubs soient libres de choisir leurs domaines d’action d’intérêt public, il est important de se plier à quelques règles de rigueur :

a. Compte tenu des effectifs réduits du Rotary, les clubs n’entreprennent une action de portée générale que si les organismes compétents dans une collectivité donnée ne peuvent le faire. Lorsqu’il existe une chambre de commerce, le Rotary club ne doit pas empiéter sur ses fonctions. Les Rotariens doivent adhérer, à titre individuel, à leur chambre de commerce et y prendre une part active. En tant que citoyens, ils s’intéressent à toutes les activités générales d’intérêt public et privilégient l’implication personnelle en plus d’une participation financière.

b. En règle générale, un Rotary club ne doit entreprendre de projet, si méritoire soit-il, qu’à la condition d’être prêt à assumer, en tout ou en partie, les responsabilités qu’implique sa réalisation.

3 c. Bien que le but principal d’un Rotary club dans le choix d’une activité ne doive pas être la publicité, toute action de valeur en bonne voie de réalisation doit bénéficier d’une promotion adéquate afin de renforcer et d’étendre l’influence du Rotary.

d. Le Rotary club doit éviter de s’engager dans une activité dont un autre organisme s’occupe déjà de façon satisfaisante.

e. Il est préférable que le club collabore avec des organismes existants, plutôt que de créer une nouvelle entité sans garantie de résultats. Toutefois, en cas de nécessité, il peut créer de nouveaux organismes.

f. Le rôle dont le Rotary s’acquitte le mieux est celui de mentor. Le club identifie un besoin mais n’y répond pas seul. Il s’efforce, au contraire, de renforcer le sens de la responsabilité au sein de la collectivité. Il peut jeter les bases du travail à accomplir et en assurer la direction, mais il s’efforcera d’obtenir la collaboration d’autres organismes dont il reconnaîtra le mérite quitte à diminuer celui qui revient au Rotary club.

g. Les actions faisant appel à l’effort individuel de tous les Rotariens correspondent généralement mieux à l’esprit du Rotary que celles qui demandent seulement une action collective du club. En effet, les activités du Rotary club dans le domaine de l’intérêt public devraient être considérées comme des expériences grâce auxquelles les membres du club apprennent à servir autrui (RCP 8.040.1., 23-34, 26-6, 36-15, 51-9, 66-49, 10-165).

DÉCLARATION SUR L’ACTION D’INTÉRÊT PUBLIC

En 1992, le Conseil de législation a adopté la déclaration suivante relative à l’Action d’intérêt public. L’Action d’intérêt public exhorte les Rotariens à mettre en pratique l’idéal de servir autrui dans leur vie privée, professionnelle et publique. Dans ce but, les clubs élaborent des actions d’intérêt public visant à encourager la participation de leurs membres. Dans le cadre de ces actions, les Rotariens et les clubs se conforment aux principes suivants : L’Action d’intérêt public offre aux Rotariens l’opportunité d’incarner la devise « Servir d’abord ». Les Rotariens et les clubs s’engagent à tout mettre en œuvre pour améliorer les conditions de vie dans leur région et à servir l’intérêt commun.

Dans cet esprit, les clubs doivent :

1. Étudier régulièrement les possibilités d’actions dans leur région en y impliquant chaque membre

2. S’appuyer sur les compétences existantes au sein du club

3. Entreprendre des actions en fonction des besoins et du potentiel de la localité, sachant que chaque action d’intérêt public, même modeste, a son importance 4. Travailler en étroite collaboration avec les clubs Interact et Rotaract, les Unités de développement communautaire et les autres groupes qu’ils parrainent

5. Chercher à optimiser toute action au travers des programmes du Rotary et d’activités internationales

6. Associer, dans la mesure du possible, la collectivité à la réalisation des actions, notamment pour obtenir les ressources nécessaires

7. Coopérer avec d’autres organisations, conformément aux lignes de conduite du Rotary, en vue de réaliser les objectifs de l’Action d’intérêt public

8. Faire connaître les actions des Rotariens et le Rotary

9. Jouer un rôle de catalyseur en incitant d’autres organisations à l’action

10. À terme, prévoir la reprise du projet par d’autres organisations pour se lancer dans d’autres actions.

En sa qualité d’association de clubs, le Rotary International doit attirer l’attention du public sur les activités et les besoins relevant de l’intérêt public, et proposer périodiquement des initiatives servant le But du Rotary et susceptibles de bénéficier des efforts concertés des Rotariens, des clubs et des districts désireux d’y participer (RCP 8.040.2.).

LE CRITÈRE DES QUATRE QUESTIONS

1. Est-ce vrai ?

2. Est-ce juste ?

3. Est-ce source de bonne volonté et d’amitié ?

4. Est-ce équitable et bénéfique pour chacun ?

Le Critère des quatre questions a été formulé en 1932 par Herbert Taylor qui devint par la suite président du Rotary (RCP 34.070.)*.

BUT DU ROTARY

Le Rotary a pour objectif de cultiver l’idéal de servir auquel aspire toute profession honorable et, plus particulièrement, s’engage à : Premièrement Mettre à profit les relations et contacts pour servir l’intérêt général. Deuxièmement Observer des règles de haute probité dans l’exercice de toute profession, reconnaître la dignité de toute occupation utile, considérer la profession de chaque Rotarien comme un vecteur d’action au service de la société. Troisièmement Appliquer l’idéal de servir dans la vie privée, professionnelle et publique. Quatrièmement Faire progresser l’entente entre les peuples, l’altruisme et le respect de la paix par le biais de relations amicales entre les membres des professions, unis par l’idéal de servir (SRI 4 ; STRC 5).

CINQ DOMAINES D’ACTION

Le Rotary club travaille dans le cadre des cinq domaines d’action, piliers de la philosophie rotarienne.

1. Action intérieure – Clé de voûte du Rotary, elle englobe tout ce qu’un Rotarien devrait faire au sein de son club pour contribuer à son bon fonctionnement.

2. Action professionnelle – Deuxième des cinq domaines d’action, son but est d’encourager et de cultiver l’observation des règles de haute probité dans l’exercice de toute profession, de reconnaître la dignité de toute occupation utile et de considérer la profession de chaque Rotarien comme un vecteur d’action au service de la société. Les Rotariens doivent respecter dans un cadre personnel et professionnel les principes du Rotary et faire profiter les actions de leur club de leurs compétences professionnelles afin de répondre aux besoins de la société et de s’attaquer aux questions sociétales.

3. Action d’intérêt public – Troisième domaine d’action du Rotary correspondant aux efforts des Rotariens, en collaboration ou non avec d’autres, pour améliorer la qualité de la vie autour d’eux.

4. Action internationale – Quatrième domaine d’action du Rotary, elle englobe toute une série d’activités visant à faire avancer l’entente entre les peuples, la bonne volonté et la paix au travers de la découverte d’autres populations, cultures, coutumes, réussites, aspirations et problèmes au travers de la lecture, de la correspondance, d’activités et d’actions de club destinées à améliorer les conditions de vie dans d’autres pays.

5. Action Jeunesse – Cinquième domaine d’action, elle reconnaît les changements positifs apportés par les jeunes et jeunes adultes au travers d’activités de développement du leadership, d’actions dans la collectivité et à l’étranger, et de programmes d’échanges qui enrichissent et développent la paix et l’entente internationale (STRC 6).

CODE DE DÉONTOLOGIE CONCERNANT LES JEUNES

Le Rotary s’efforce de créer et d’entretenir un environnement sûr pour tous les jeunes participants aux activités du Rotary. Il incombe donc aux Rotariens, à leurs conjoints et aux bénévoles de faire tout leur possible pour garantir la sécurité des jeunes dans le cadre des activités du Rotary, ainsi que de prévenir les maltraitances physiques, sexuelles ou psychiques (RCP 2.120.1.).

DEVISE DU ROTARY INTERNATIONAL

« Servir d’abord » (Service Above Self ) et « Qui sert le mieux profite le plus » (One Profits Most Who Serves Best) sont les devises officielles du Rotary, la première étant la devise principale (RCP 34.080., 50-11, 51-9, 89- 145, 01-678, 04-271, 10-165).

MISSION DU ROTARY INTERNATIONAL

La mission du Rotary est de servir autrui, de promouvoir l’intégrité et de favoriser l’entente internationale, la bonne volonté et la paix au travers de son réseau de décideurs locaux, civiques et professionnels (RCP 26.010.1.).

MISSION DE LA FONDATION ROTARY

La mission de la Fondation Rotary du Rotary International est de permettre aux Rotariens de promouvoir l’entente mondiale, la bonne volonté et la paix en œuvrant dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la lutte contre la pauvreté (TRFC 10.020.).

*Reproduction et utilisation

La reproduction et l’utilisation du Critère des quatre questions doivent avoir pour seul but de promouvoir et d’appliquer des règles de haute probité. Il ne doit pas être reproduit dans une plaquette publicitaire commerciale, mais peut être incorporé à l’en-tête d’une lettre ou dans tout autre document d’une entreprise ou organisation, si le but est d’y faire respecter les règles prescrites par le Rotary. Il doit être reproduit dans sa forme ci-dessus.